DANGER : chenille processionnaire

Source : Agence Régionale de Santé
 

Avez-vous remarqué des cocons de soie sur les branches de certains pins ? 

À l'intérieur, des centaines de chenilles se sont tenues au chaud durant l'hiver. 

La chenille processionnaire du pin est la larve d'un papillon de nuit qui éclot durant l'été entre juin et septembre selon le climat et se nourrissent des aiguilles de diverses espèces de pin et de cèdre.
 
Le printemps est la période où les chenilles descendent des arbres en file indienne, dévorent les aiguilles pour aller s'enfouir sous terre et se transformer en papillons. Nos forêts françaises de pins et de cèdres sont ainsi fragilisées et dépérissent.

Mesurant environ 4 cm, elles sont brunes avec des tâches orangées, recouvertes de poils. Ces chenilles aux poils urticants peuvent entraîner des troubles de la santé tels que démangeaisons, conjonctivite, maux de gorge…. 

La vigilance est donc de mise, pour vous et vos animaux domestiques en évitant tout contact avec les chenilles, leur nid et les zones potentiellement infestées. En effet, les poils urticants de la chenille se détachent très facilement lors d'un contact ou sous l'effet du vent. 



Si vous en constatez dans vos jardins, il est nécessaire en août et en septembre, de faire poser des pièges à phéromones par une société habilité. Cette pose de pièges devra s’accompagner d’une lutte biologique ou/et chimique au printemps suivant.

Ou équipez-vous de nichoirs à mésanges, qui sont gourmandes de chenilles (une famille de mésanges peut consommer 500 chenilles quotidiennement).
 
Merci de votre vigilance.

Lire toute l'information sur le site de l'Agence Régionale de Santé (ARS)
 
 

Publié le